MENU

Gulliver, le dernier voyage

Création 2021 - 75e Festival d'Avignon

text

Librement inspiré des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift et réécrit pour le théâtre par les comédiens et comédiennes de la troupe Catalyse

Mise en scène

Jean-François Auguste et Madeleine Louarn

Dramaturgie et ateliers d’écriture

Leslie Six et Pierre Chevallier

Avec

Pierre Chevallier et les interprètes de l’Atelier Catalyse : Manon Carpentier, Jean-Claude Pouliquen, Tristan Cantin, Christelle Podeur, Guillaume Drouadaine, Sylvain Robic, Emilio Le Tareau

Régie générale

Thierry Lacroix

Scénographie

Hélène Delprat

Création lumière

Mana Gautier

Régie lumière

Loris Gemignani / Marine Le Vey

Assistant lumière

Loris Gemignani

Création costumes

Clémence Dellile

Couturière

Armelle Lucas

Habilleuse

Marine Chandellier

Création musicale

Alain Mahé

Musique

Marie Charles

Régie son

Cyrille Lebourgeois

Accompagnement éducatif de Catalyse

Erwanna Prigent et Julien Ronel

Création

Festival d’Avignon

Productions déléguées

Centre National pour la Création Adaptée
Cie For Happy People And Co

Coproduction

MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis à Bobigny
Le Quartz, Scène nationale de Brest
La Comédie, Centre Dramatique National de Reims
Théâtre National de Bretagne – Rennes
Points communs – Nouvelle Scène nationale de Cergy-Pontoise / Val d’Oise
Théâtre des 13 vents – Centre Dramatique National Montpellier
Théâtre du Pays de Morlaix – Scène de territoire pour le théâtre
ESAT des Genêts d’Or

Construction décor

Ateliers de la MC93

Conception costumes

Ateliers du TNB

Avec la participation artistique du

Jeune théâtre national

Poursuivre le chemin commencé il y a 33 ans

En 1988, Madeleine Louarn mettait en scène le quatrième chapitre des Voyages de Gulliver « Chez les Houyhnhnms » qui raconte la découverte d’une société de chevaux civilisés, où la place des bêtes incultes est tenue par des hommes. Cette transposition était une manière d’interroger sur ce qui fait l’humain, de parler de handicap, de porter un regard sur la place des personnes handicapées et l’humanité que la société leur prête.

Pour cette nouvelle création, Madeleine Louarn et Jean‐François Auguste adaptent le troisième voyage de Gulliver, « A Laputa, Balnibarbi, Glubbdubdrib et Luggnagg ». Swift y interroge nos fragilités collectives et individuelles. Il parle de peur de fin du monde et de la conscience de la mort. Il questionne nos réponses sociales et personnelles, nos réactions irrationnelles, nos utopies, nos maladresses et nos éternelles contradictions.Il faut lire Les Voyages de Gulliver comme des contes philosophiques.

Gulliver : il y aura de tout. De l’astronomie, un laboratoire avec des WC, un jardin avec des fantômes, une maison avec des pauvres immortels. Il y aura de la fumée, de l’apesanteur, des passages et du mouvement, du rire, de la chaleur, de l’horreur, de l’émotion, de la poésie. » » CHRISTELLE PODEUR COMÉDIENNE DE LA TROUPE CATALYSE